VOYAGE DU JEUNE ROUTIER

A la fin de cette première journée de voyage initiatique (cf histoire précédente), mes « pères » routiers (Gégé et Seb) se sont arrêtés sur une aire d’autoroute, à la frontière franco-allemande, énorme parking avec des centaines de gros culs, pour manger et dormir ! Seb s’est garé dans un coin du parking, un peu à l’écart, juste un autre camion rideaux tirés, près d’un bois.

Nous commençons à manger et pendant le repas, je sens le pied de Gégé qui commençe à me caresser le paquet sous la table, gentiment puis en appuyant de plus en plus, je sens mon sexe grossir. Un peu gêné je me tourne vers Seb qui continue à manger tranquillement. Puis, mes yeux se baissent et je vois qu’il a la braguette grande ouverte avec le gland qui dépasse. Ce petit jeu l’excite et sa bite sort de plus en plus. Il commence à se caresser. On était dans un coin de la salle mais quelques routiers pouvaient nous voir.

Ceux qui sont le plus près me regardent avec un petit sourire vicelard. Ils se levent et viennent saluer mes 2 compères et moi, tout en se touchant le paquet sans aucune discrétion, moulé dans un short en jean. C’est deux grands mecs costaud avec des grosses jambes poilues, l’un avec une belle grosse moustache grise, l’autre rasé avec barbe et moustache, des touffes de poils drus sortant du marcel et des pectoraux bien bombés.

Seb leur a dit à tout à l’heure, on finit de manger et on arrive.

Une demi-heure après, on sort de table et on se dirige vers le bahut, Seb toujours braguette ouverte s’empressant de ressortir son gland une fois dehors.

C’est plus pratique quand j’ai envie de pisser dit-il, en me prenant la main et me la pressant sur son bout qui commençait à pisser quelques gouttes. Lèches me dit Gégé c’est un grand cru. Après un peu d’hésitation (c’est la première fois que je lèche la pisse d’un autre), je passe ma langue sur ma paume. Je trouve ça super bon, ça sent à la fois la pisse et une autre odeur que je découvrirai plus tard.

Jusqu’à notre arrivée au camion, Seb continue à lâcher des gouttes qui tombent sur son short et plus il avance plus la bite est tendue. En arrivant au bahut, le braquemart est totalement raide, une érection comme j’en n’ai pas encore vue : un énorme gland rouge vif, une tige dont je ne pourrais pas faire le tour avec ma main et deux boules grosses comme des balles de tennis.

Avant de monter dans le camion, il y a un rituel me dit Seb, tu te mets en slibard à côté de la cabine. Un peu hésitant mais devant le ton autoritaire j’obéis et me fous presque à poil. Les 2 compères me demandent alors de m’allonger sur le goudron, se dessapent gardent le slip en bas des jambes (j’ai jamais vu des slips aussi crades et qui sentent si forts). Ils bandent tous les 2 et moi aussi sous mon slip. Bien que bandant, Seb commence à me pisser d’abord sur le ventre puis sur le slip. Il a un jet puissant qui me trempe, on commence à deviner ma bite à travers. Gégé rejoint Seb et lui aussi ses deux jambes de chaque côté de mon torse, la bite sortie par la poche, déverse son jus jaune. Je suis excité à mort, j’ai envie d’en remplir ma bouche. Je l’ouvre, les mecs ont compris et me remplissent et j’avale, j’avale, je sais plus où j’en suis. Je me lâche et je pisse dans mon slip. Gégé se penche et m’éponge le slip avec sa bouche. Il le baisse et met mon sexe qui continue à couler dans sa bouche. Je bande , je bande, je bande. Gégé s’agite sur ma pine quand j’entends une voix avec un fort accent qui dit ça à l’air d’aller les gars mais le petit ne peut pas être baptisé sans ses parrains. Ce sont les 2 mecs du resto. Ils sortent deux gros démonte pneus, me demande de me mettre à 4 pattes et me pissent tous les 2 sur la raie ; J’en peux plus, d’autant plus que Seb est en train de me branler. Waouh, waouh, ça y est je pars je crache dans la main de Gégé, je me vide d’un côté et je me remplis de pisse de l’autre.
Gégé se lèche la main pleine de mon jus puis me roule un patin, je ne sais plus où j’habite. Pour finir, les 4 mecs se sucent devant moi, 69 allongés sur le goudron. Ils se tètent bien comme il faut, se bouffent la rondelle puis se lèvent se rapprochent de mon cul, se branlent et l’un après l’autre me giclent sur le cul. J’ai la raie gluante, je passe ma main pour étaler le foutre sur mon cul puis je me lèche, putain j’apprends vite, hummmm que c’est bon, que ça sent fort le male.

Ils m’obligent ensuite à remettre mon slip trempé de pisse et de foutre.

On quitte nos amis et on se dit bonne nuit.

Related Articles

Responses

  1. Wooow… super hot et crade ! Y’a aucun des mecs qu’a chié dans son calbut ultra-puant ou son jeans moulant et crados ?

  2. bizarre, j’ai la queue raide et le slob trempé….. vais la relire plusieurs fois pour bien comprendre…. et mettre le poing sur le iiiiii

People Who Like Thisx

Loading...