pipi au lit exprés à l'internat… qui dit mieux !

 

 

Je voulais te raconter encore une autre séquence de pratique de mes petites manies comme tu l’as compris, j’adore aussi faire pipi au lit pour de vrai, enfin sans couche je veux dire.

 

Jusqu’à la classe de 3ème, mis a part quelques courts séjours en colonie de vacances, où j’avais été  ravis de pouvoir constater que certains de mes petits copains se mouillaient encore allégrement la nuit, ce qui avait sûrement était déterminant dans le besoin moi aussi de le faire  aussi, je n’avais jamais réellement quitté le cocon familiale, en tout cas durablement.

Puis vint la seconde. J’avais réussi un concours qui me permettait de rentrer à l’école hôtelière. Sur le coup je n’étais pas peu fier. Habitant à 400 km de là, naturellement je me suis retrouvé interne, je n’avais jamais connu ça.

Nous dormions dans d’immenses dortoirs qui étaient configuré en boxe individuel, matérialisé par des cloisons qui ne montaient pas jusqu’au plafond et dont la relative intimité était réalisée au moyen de rideaux accroché à une tringle et de 3 cloisons légéres.

Chaque boxe comprenait une armoire très moche, une petite table de nuit et sa lampe de chevet et le lit en 90.

Cet agencement, une fois le rideau tiré, ménageait une petite zone de relative tranquilité,  ou, même loin de nos parents, on se sentait un peu chez soi. La nuit, fort de cette abri de tranquilité plus imaginaire que réel, moi-même et mes copains du même âge, on pouvait se tripoter un peu la l’abri des regards, si ces petits moments de plaisir intimes n’avaient pas, parfois été trahis par un lit qui grince un peu mêlé au bruissement des draps et parfois un petit gémissement qui échappait à l’un de nos copains.

A cette époque, je ne pouvais plus me livrer à mes petit jeux de pipi au lit, la semaine, impossible, après c’était le week-end, et là, avec les parents sur le dos, très peu… Les premiers mois, la peur du nouveau, les interdits, la méconnaissance des lieux, je n’y pensais même plus, enfin je croyais.

Les couchages étaient fournis par la lycée, c’était à l’époque l’une des rares écoles proposant des bacs techniques hôteliers, et certain de mes copains ne rentraient chez eux que durant les vacances. L’école n’était d’ailleurs pas trop mal étudiée pour ça, il y avait même un lavomatique dans la rue. Et puis doucement, le fait de ne plus pouvoir me faire plaisir et pisser au lit de temps en temps a commencé à me manquer vraiment, surtout que les wc étaient  à l’autre bout du dortoir et qu’il y faisait souvent par très chaud. Mais comment faire. Je n’arrivais pas à trouver l’idée… au jour d’aujourd’hui, je pense que je me serais peut être acheté des couches et que je m’en serait peut être contenté, mais à l’époque, j’y pensais, pas, Le change des draps se faisait par roulement, cycliquement on déposait nos draps au bout de la périodicité prévue, et on en récupérait d’autres. Au début il y avait systématiquement un pion qui s’occupait de ça et très vite le local est resté ouvert, pas grand monde le savait, moi j’avais repéré, si bien qu’un jour je me suis introduit dans cette pièce dans laquelle était posé sur les étagères les couchages.

Et discrètement, j’en suis ressorti avec…2 draps et comble de bonheur, dans le fond d’un rangement il y avait des grands morceaux de caoutchouc et la c’était le bonheur, pourquoi, parce qu’il n’était pas question un seconde que j’abîme le matelas en dessinant un auréole dessus, donc un pipi au lit était impossible, comme ça.

Il y avait bien la possibilité de protéger le lit avec un sac poubelle, c’était la solution de la maison, ça marchait bien, mais gros inconvenant le bruit !

Un sac poubelle ça se froisse et j’aurais sûrement éveillé les soupçons sur moi… mais avec l’alèze que je venais de me dégotter, et puis, s’il y avait une alèze, c’est qu’un jour il y avait eu au moins un pisseur et ça, ça m’excitait  aussi.

Et dans ma tête un plan machiavélique se mettait en place. Je ne suis pas sorti tout de suite avec mes trouvailles, je ne les ai rapatrié que plus tard a un moment ou j’étais sur de ne croiser personne.

Dans l’autre sens je n’avais pas peur, il suffisait de ramener les draps pliés à la buanderie à l’étage en dessous le jour voulu, aucun risque, et au milieu de la pile, si un drap était mouillé, impossible de savoir précisément a qui il était….

Ça y était j’avais trouvé une possibilité.

 

J’allais pouvoir le faire enfin

 

quelques soirs plus tard, j’ai discrètement démonté mon lit, j’ai vite positionné l’alèse à la hauteur de mes fesses, je l’ai recouverte de 4 grandes serviettes, style très épaisses, qui absorbent bien, j’ai remis le drap du dessous et celui du dessus, la couverture, le tout bien bordé, et j’étais prêt.

 

Je ne l’ai pas fait la première nuit, ni même la seconde…

Je savais que le lit était prêt mais paradoxalement, je n’étais plus pressé, non pas que je ne le voulais plus, mais je savais qu’il n’y aurait pas beaucoup de fois, car malgré tous mes calculs je voulais être sur qu’il y avait pas trop de risque.

Je m’étais préparé a tout réfléchissant à ce que j’allais faire du pyjama mouillé, des serviettes de bain, le plus facile, c’était les draps, il suffisait de dire que je les changeais et je les descendais juste avant d’aller au petit déj.

Les affaires mouillées, j’avais décidé que j’irai au lavomatique de la rue de l’école après la classe…

Tout semblait possible, le risque 0 de se faire pincé n’existe pas, mais ça semblait pas irréalisable.

Et de soir en soir je sentais mon plaisir monter graduellement.

Souvent il m’arrivait de m’endormir en me masturbant en imaginant que j’étais en train de pisser dans mon lit au milieu de mes copains, dont j’entendais les respiration de la nuit, et ça m’excitait au plus au point.

Je me préparais à pisser une nuit au lit pour de vrai, comme les petits copain des colos, lorsque j’étais plus jeune, sauf que la, j’étais déjà grand pour faire pipi dans la culotte de pyjama., et chaque jour à ne pas le faire réclamer un peu plus d’énergie. je commençais à rêver que le matin je me réveillais dans mon lit mouillé, pas exprés, de la nuit. Je savais que là ça allait être très fort, d’abord parce que j’en avais monstrueusement envie, ensuite, une fois que je l’aurais fait, comme je ne pourrais rallumer la lumière pour changer mon lit, au risque de me faire voir, il allait falloir que j’attende je petit matin et les premiers rayons de soleil a travers les rideaux pour le faire, donc obligation de rester toute la nuit dans mon pipi. ( a la maison souvent après je mettais tout de suite après le drap à sécher sur le radiateur). Ce pipi au lit, il fallait que ce soit un vrai, je veux dire pas trop calculé, je savais que c’était impossible parce que j’étais propre depuis tout petit, mais il faillait que ça y ressemble en tout cas…

Le soir, j’omettais sciemment d’aller au wc avant de me coucher.

mis à part la première fois, je n’étais jamais resté une nuit dans mon lit mouillé, là, j’allais le faire….

 

Il m’est arrivé une fois ou 2 de me réveiller avec une super envie vers les 6 heures, mais c’était trop tard, plus le temps, je me disais peut être demain…et je me retenais jusqu’à heure de se lever.

 

Une nuit pourtant, je m’étais couché particulièrement énervé par une interrogation  sur la chimie particulièrement chiadée qui devait avoir lieu le lendemain, et durant mon premier sommeil j’avais ressassé en boucle des heures de révision qui m’avaient exténuées, et je m’était endormi comme une souche sans avoir eu même besoin de me tripoter avant.

Mais à une heure j’ai été réveillé par un copain qui rêvait dans un boxe plus loin, en plus j’avais envie de pisser…j’avais envie de pipi….et mon cerveau s’est remis en route, envie de pipi… lit protégé….besoin de me calmer pour l’intero de demain….j’ai vérifié avec le plat de mes mains si l’alèse et les serviettes étaient en place… tout était en place.

 

Et, tu me croira, si je déplace une virgule, tout ça c’est plus vrai, abruti de sommeil, heureux de savoir que je ne risquais rien, sans aucune préméditation immédiate, j’étais alors sur le dos, les jambes légèrement écartées et… et je me suis laissé aller sans réfléchir. D’habitude je peux pas, et quand j’y ai trop pensé avant alors je bande comme un fou, là j’étais tout décontracté et ce qui devait arrivé arriva…j’ai senti que je commençais à faire pipi dans ma culotte de pyjama promis, ça s’est passé comme ça !

Et ça y était c’était parti. Et d’un coup je me suis senti léger,  j’avais l’impression de flotter, je sentais le pipi couler dans ma culotte et entre mes fesses et j’étais bien, bien comme je ne l’avais jamais été auparavant, j’avais à l’instant même l’impression de réaliser totalement mon phantasme, je pissais dans mon lit au milieu de mes copains, ça y est je le faisait, ça y est j’étais petit, c’était la nuit, dehors il y avait du vent, il faisait froid dans le dortoir, il n’y avait pas que moi, je me ferais pas disputé et tant pire moi aussi je pouvais bien faire pipi dans mon lit comme ceux à qui ça arrivait des fois….

, et je laissais aller mon pipi dans la culotte et dans le lit tout doucement……ça y est, je l’avais fait

J’avais les fesses toutes chaudes, le pyjama me collait à la peau, je me sentais trempé…

Avec la main j’ai évalué les dégâts

 

Oups, je l’avais fait pour de vrai,

De plus je me sentais soulageais, comme quand te viens de faire une énorme envie.

Et j’ai commencé à bander dan mon pyjama mouillé comme il y a fort longtemps que cela ne m’étais plus arrivé

Je me suis retourné comme j’aime le faire

Et je j’ai frotté mon sexe sans même ôter le pyjama, contre le drap encore tout chaud de mon pipi et trempé et j’ai senti monter en moi la plus belle éjaculation de l’année, celle qui dure un temps monstrueux, ou tu sens des torrents de sperme traverser à la vitesse de la lumière ton sexe…

 

A six heures je ne me souvenais plus de cet épisode…

Ma première réaction à été…

–           merde j’ai pissé

 

Heureusement la suite s’est passé comme je l’avais prévu, et personne n’a vu le drap auréolé de mon pipi de la nuit lorsque je me suis levé et je te promets, il l’était. Je n’en menais pas large quand même.

quand je me suis levé, mon pyjama me collait encore au fesses, c’est pour te dire !

 

Les mois suivants, il y a eu une autre fois, mais bien moins forte, après ça a été fini les pipis au milieu des copains, j’habitais chez une vieille dame qui me logeait, interdit de jouer à ça, alors j’ai commencé à m’occuper de mes copines…. C’était peut être mieux…. mais un jour, alors que je faisais un extra de quelques jours avec un copain d’une classe en dessous de la mienne avec qui je m’entendais bien, j’ai eu ma première relation sexuelle avec un garcon

Related Articles

Responses

People Who Like Thisx

Loading...