Le yaourt au caca (fictif)

Quand j’étais plus jeune, j’étais partie étudier en internat.
On m’avait mis dans un internat très strict sur certains points et plutôt cool sur d’autres.

Dans cet internat, les accidents nocturnes n’était par exemple pas toléré et un article du règlement disait que l’on devait nettoyer soi même son accident.

La première semaine c’est bien passé nous étions trois par chambre, non mixte et il y avait une ambiance cool.

Pendant la deuxième semaine, le mercredi soir, il y eu au menu du chili con carné, je me suis resservit deux , trois fois et d’autres aussi, c’était très bon, mais j’ignorai les conséquences que cela aurait sur mon ventre le lendemain.

Après une veillé sur le thème du Chili nous avons tous regagnés nos chambres pour se préparé au coucher et nous mettre en pyjama.

Je m’habillaI pour la nuit et avant de me coucher, je fit un détour par les toilettes pour vidanger ma vessie.

Enfin au lit, les moniteurs firent le tour des chambres pour éteindre les lumières.
Il était 22 heures et je tombais dans un sommeil profond.

Mais, à quatre heure du matin, pendant que je rêvait, les premiers assauts pressants de mes intestins commencèrent, ce fût dans mon rêve des flatulences, puis une envie de faire caca, j’allais vers des toilettes, baissais mon pantalon et commençait à pousser le caca …

Je me réveillais en sursaut, il était quatre heure du matin, j’étais en pyjama dans mon lit de l’internat et j’avais une envie pressante de chier.

Coucher sur le dos, mon premier réflexe fut d’abord de me retenir en mettant mes deux mains sur mes fesses, mais la pression du caca était trop forte, je devais aller aux toilettes pour me soulager.

Dehors, le temps était pluvieux, il faisait nuit et je n’avais pas de lampe torche pour sortir de la chambre et aller aux sanitaires, c’était une situation désespéré.

J’avais de plus en plus envie de chier, et je sentais que je ne pourrais pas me retenir dans mon pyjama gris clair jusqu’à 7 heure et l’ouverture de la lumière me permettant de rejoindre les salvatrices toilettes afin d’y satisfaire mon énorme envie.

J’ai donc enlevé mes mains de mes fesses et sur le dos, je me mis a pousser fort.

Quelques flatulences, mais surtout du caca liquide sortirent de mes fesses et repeignèrent en marron les parois de mon pyjama gris.

Abasourdie par la fatigue, je me rendormit dans ma chiase chaude et liquide.

A 7 heure du matin, les moniteurs virent nous réveiller et allumèrent les lumières, en entrant dans la chambre l’un d’eux s’écria ”Tiens, ça sent pas bon ici aussi ce matin !”.

Mes deux camarades me regardèrent, et je les regardais à leurs tour, puis le moniteur me dit «c’est pas grave, tu n’es pas le seul aujourd’hui, vous êtes cinq a avoir chié dans vos frocs cette nuit !, je vais chercher de quoi de nettoyer quand a vous deux, sortez de la chambre, passez au toilettes et aller déjeuner ! ».

Cinq minutes plus tard, il revint avec un yaourt et une cuillère.

« Tu connais le règlement, tu l’as accepté, signé, bref, tu vas nettoyer tout ça tous seul. »

«Comment je vais faire ? »lui dis – je

« Tu va goûter comme tes quatre autres cacamarades du yaourt au caca ! »

« Pouah, ça à l’air dégouttant ! » dis – je.

« Oui mais c’est la seule façon de nettoyer toi même comme écrit dans le règlement, aller exécution, sinon j’appel tes parents et on t’exclus de l’internat pour transgression des règles ! ».

« Enlève ton pantalon de pyjama, prend ta douche, et reviens dans ta chambre déguster ta mixture de caca, j’espère que tu auras compris la leçon après ça et que tu ne recommencera plus ! »

J’enlevai mon pantalon de pyjama tout cacateux, puis pris ma douche, voyant d’autres camarades dans la même merde que moi, eux aussi étonnés, en revenant dans ma chambre le moniteur avait une serviette en plastique sous mon pyjama et avait préparé le yaourt et la cuillère.

« Allez le cacateur, c’est le moment de nettoyer ! »

Je prenais la cuillère dans ma main, puis la plongeais dans le yaourt et enfin je raclais une partie de mon caca et mis le tout dans ma bouche.

J’eu un haut de cœur, mais j’avalais tous le contenu de la cuillère.

« C’est bien » dit le moniteur, mais tu dois finir ton plat, comme tes cacamarades!!

Je plongeais a nouveau la cuillère dans le yaourt et raclai ensuite une partie du caca liquide de mon pyjama avant de la mettre dans ma bouche.

Puis après 4/5 cuillères, le moniteur me dit « c’est bon, je crois que tu as compris la leçon maintenant, va te brosser les dents, et fait attention la prochaine fois pour ne pas avoir à recommencer ça! »

Il mis mon pantalon dans la panière à linges sales et je partit me brosser les dents, j’ai dû faire 5/6 brossages avant d’enlever l’odeur, et je n’étais pas le seul dans ce cas là, un de mes camarades avait même tout vomit par terre…

Related Articles

Responses

  1. Une histoire écrite en français !
    Un truc pas véridique, c’est qu’il faille sortir dehors pour chier (ou pisser ?). En général, dans un internat, il y a des WC quelque par dans le couloir. Et même sans allumer la lumière, il devrait être possible de voir suffisamment pour se diriger.
    Donc, disons que c’était un internat d’il y a un ou deux siècles.
    Et je présume que celui qui a vomi a été obligé de remanger ce qui est sorti !
    Il y a de l’idée dans ton histoire.

  2. Ça dépend en colo on avait pas de wc dans les chambres, je me rappel il y 10 ans d’une colo pendant les vacances de février en pays du mont blanc ou on était logé dans un internat d’un collège, avec au meme étage 3 douches et 3 wc. Je me rappel qu’un de mes camarades m’avais demandé ou était les autres Wc car il voulait chier sans que les autres entendent

People Who Like Thisx

Loading...