le feu d'artifice

 

je voudrais te raconter comment moi j’ai commencé, et cette première fois est sûrement associée à la plus grande honte de ma vie, je m’en souviens trop bien. C’était il y a plusieurs  années maintenant, j’avais une dizaine d’année et c’était un accident qui peut être est à l’origine de tout

.

Cette année là, je suis allé passer une partie du mois de juillet chez une cousine que j’adorais. Elle vivais seule dans un studio, elle était encore étudiante à cette époque, et à l’occasion du 14 juillet on était allez au feu d’artifices qui était tiré à dans la ville ou était sa fac. On était en retard et on est parti un peu vite, ce qui fait que je n’ai pas eu le temps de me soulager avant de partir. Déjà arrivé en bas de chez elle, je me suis rendu compte que j’aurais du y aller, mais je me suis dit que ça passerait.  Durant l’attente, et le tir du feu d’artifice, mon envie est devenue très violente, elle ne passait pas du tout, je commençais à être très mal.

j’avais beau me tortiller dans tous les sens, je commençais à regretter de ne pas avoir oser dire à ma cousine que j’avais envie avant d’y aller et …. sans vouloir le reconnaître, je  craignais le pire, surtout que je pensais, que, maintenant j’étais « grand », j’étais à l’abris de ce type d’accident.

Je me sentais très mal, j’avais mal au ventre à force de ma retenir comme ça sans bouger et sans pouvoir aller nul part au milieu de tous ces gens, j’attendais qu’une chose, c’était que ce putin de feu d’artifice se termine.

A la fin du spectacle, la foule commençait à se dissiper. Moi je n’en pouvais plus, mais je serais plutôt mord de honte plutôt que de faire dans la culotte devant Stéphanie ma cousine.

 

Pourtant c’est à ce moment qu’à bout de force et désespérée, totalement malgré moi, j’ai senti ce que je redoutais depuis au moins une heure, j’ai ressenti à ma grande honte un immense soulagement, et en dépit de ma volonté, j’étais là, debout au milieu de tout ces gens et je pouvais plus rien faire et j’ai senti que ce que je craignais le plus était en train de m’arriver.

j’ai senti dans le fond de mon slip entre mes fesses quelque chose qui ne cessait de gonfler et de prendre du volume. je sentais bien que j’en avait déjà plein la raie des fesses, et je faisais toujours, j’avais l’impression que ça s’arrêterait jamais. je sentais mon slip se tendre, je faisais caca la culotte comme un petit garçon sale et paresseux. et puis ça s’est arrêté. J’en avais plein le slip, je sentais bien ce que je venais de faire, c’était tout chaud et ça me collait aux fesses. du coup de surprise j’avais même oublié d’essayer de me retenir pour limiter les dégâts. Et en même temps que je sentais la honte m’envahir, je me sentais étrangement bien, soulagé, comme léger…

alors j’ai un peu touché le fond de ma culotte discrètement, derrière, là ou je sentais mon slip bien rempli, c’était terrible j’avais vraiment fais un énorme caca dans ma culotte et je ne m’étais vraiment pas raté…

C’est simple je ne me souvenais même plus que ce me soit déjà arrivé….

 

Je ne pense pas que Stéphanie, même si ça sentait pas terrible autour de moi, s’en était aperçu

 

Et ma plus grande honte ça a été quand sans doute l’air très piteux je lui ai dit tout bas, les larmes aux yeux et une main toujours sur les fesses…

–           Stéphanie,…. j’ai fais caca…

 

Sur le coup elle n’a pas compris alors j’ai du lui répéter, encore plus gêné

–           J’ai fais dans la culotte,

–          T’as quoi ? elle a demandé

–          je pouvais plus me retenir, j’avais trop envie, et j’ai fais caca culotte

 

Stéphanie pensait que je rigolais, alors elle a touché mes fesses, comme un petit garçon et elle à vite compris.  

 

elle savait pas trop quoi dire, elle a juste dit, t’as fait ça quand ?

tout de suite , j’ai répondu

 

pourquoi t’as fait dans la culotte, pourquoi t’as pas attendu ?

j’ai juste répondu, j’pouvais plus me retenir j’ai pas fait exprès.

 

– bon alors on va rentrer pour te changer…

 

 

Alors ,a la place de nous amuser, comme c’était prévu, nous sommes rentrés chez elle. Sale pour sale, je ne faisais même pas d’effort particulier pour ne pas écraser la masse tiède qui alourdissait mon slip et me coller aux fesses. Stéphanie se moquait de moi, mais sans méchanceté..

 

Arrivé chez elle, je me suis un peu senti con, ma cousine m’a alors dit, allez, c’est pas grave, je vais m’occuper de toi, tu sais j’ai déjà vu mon frère dans le même état que toi, et plus grand en plus ! Je vais te laver, vas à la salle de bain, met toi dans la douche et commence par descendre ton bermuda, attends moi j’arrive.

 

ma culotte courte était en bas des jambes copieusement tâchée à l’entrejambes. J’étais comme paralysé, je ne savais plus quoi faire dans mon slip tout sale qui me collait aux fesses .

Comme une maman, ma cousine m’a alors défait tout doucement mon slip blanc en prenant le soin de me faire monter avant dans le réceptacle de la douches et de ne pas m’en mettre plein les jambes en me faisant remarquer que coté caca culotte, je ne m’étais pas louper. Ensuite elle à mis mon slip sale dans un petit sac, et comme un enfant que j’étais d’ailleurs, elle m’a lavé comme si j’avais étais un tout petit garçon, j’osais pas lui dire que je pouvais le faire, mais à ma grande honte, ça ne me déplaisait pas…

il n’y aurait plus manqué que cette nuit là je fasse en plus pipi au lit, heureusement ça ne m’est pas arrivé de tout le séjour que j’avais passé avec elle, en fait ça ne m’était plus arrivé depuis au moins 1 an, mais je craignais toujours l’accident.

Le bermuda a été lavé le lendemain en même temps que des affaires à elle, et c’était fini, on en parlait plus…

 

sauf que chaque fois qu’on se revoit depuis, ça me fait drôle d’avoir ce secret à partager avec elle !

 

je n’avais plus aucun souvenir d’enfant de ce type d’accident, et je ne sais toujours pas pourquoi aujourd’hui, mais j’en gardé un souvenir mitigé mêlant l’horreur de la honte et quelque chose d’indéfinissable qui faisait que je n’arrivais pas à oublier cette incident.

 

Ma première fois réellement exprès, voulue mais pas forcément prémédité n’est arrivée

Que plutard, au moins un an et demi plus tard.

C’était en plein semaine, et ce jour là il n’y avait pas école l’après midi parce que  les profs faisaient grèves. Théoriquement on avait pas le droit de sortir de l’école et on devaient attendre le soir mais profitant de l’entrée de externe à 14h, moi je me suis sauvé.

Et je me suis retrouvé totalement libre pour une après midi complet non prévu et j’étais heureux.

C’est sur je devais rentrer à pied, mais qu’importe, je savourais c’est moment de liberté.

J’aurais été encore mieux si je n’avais pas eu une super envie d’aller au wc…

Et d’un coup, en marchant dans le petit chemin qui était un raccourci vers la maison, je me suis dis : et si je faisais dans la culotte…

 

Je sais pas comment cette pensée m’est arrivée, mais, dés lors je ne pouvais plus penser à autre chose. Personne ne pouvait me voir, après, je mettrais mon pull accroché à ma taille pour cacher mes fesses au cas ou, j’étais certain qu’il n’y avait personne à la maison, j’avais bien ma clef, alors qu’est ce que je risquer.

 

Alors je me suis arrêté de marché, j’ai un peu écarté les jambes, et je me préparé à ressentir ce que j’avais vécu malgré moi un an et demi avant, mais sans la honte de ce moment là…

Mon cœur battait, à cette heure de la journée, personne n’empruntait ce petit chemin et… j’ai arrêté de me retenir, sachant très bien ce qui allait se passer.

 

Et tout de suite, un moment mille fois ressassé dans mon souvenir de la honte que j’avais eu avec ma cousine s’est matérialisé. j’ai senti avec délectation ma culotte se remplir à nouveau.

J’ai senti un grand moment de soulagement en même temps qu’une boule se former dans le fond de ma culotte et ne cesser de prendre du volume en s’étalant dans mon slip.

Je faisait caca dans la culotte pour la première fois consciemment, exprès. Non seulement je faisait caca, mais maintenant je poussais pour vraiment remplis ma culotte le plus possible, et d’un seul coup, tout le reste de mon envie est parti dans mon slip.

 

Et voila, c’était fini, je sentais la masse tiède me coller aux fesses, ça sentait aussi le caca autour de moi, j’avais fais caca dans ma culotte et ça me faisait tout drôle.

 

J’ai repris la route vers la maison dans ma culotte toute lourde et collante. Arrivé chez moi, il n’y avait personne et fou d’excitation je me suis branlé à travers les vêtements en touchant le fond de ma culotte. Je me souviens d’une énorme jouissance et que tout de suite après, lorsque j’ai repris mes esprits, je me suis senti con comme jamais ça m’était arrivé, mais aussi et paradoxalement, je savais que je le referai.

 

Après, c’est pas marrant, et je passe vite, sauf que j’ai était très malheureux de jeter un boxer que j’aimais bien et que j’avais oublié que je portais, mais dans l’état dans lequel je l’avais mis … 

Related Articles

Responses

People Who Like Thisx

Loading...