caca culotte mode d'emploi

Salut moi ce que j’aime bien c’est faire caca dans la culotte
je voudrais te raconter comment je m’amuse à ma petite manie, je le fait surtout en été !
le caca culotte c’est le top, je ne peux ne ne veux le faire chez moi, j’ai tellement peur de me faire voir que si ça m’arriver, j’en serai malade… enfin je crois
Quand j’allais en colo, il y a longtemps, j’avais remarqué que ça ne se voyait pas forcèment, alors moi j’ai tout de suite préféré le faire dehors.
Voila comment je joue
Si je te raconte ma dernière fois, tu auras tout compris
plus on a envie, meilleur c’est, j’attends toujours le plus longtemps possible avant de le faire, donc le temps qu’il faut et je prends mon vélo et je vais dans la forêt voisine.. 
arrivé à la forêt, généralement je cache mon vtt et je l’attache, on sait jamais. Cette fois là, j’avais un bermuda en jean (et un autre dans un sac à dos avec un slip de rechange), et je suis parti me promener.
Dans cette forêt il y a un cour d’eau… c’est facile, dans le coin ou j’habite, il y en a partout, et mon habitude, c’est de m’y laver avant de rentrer, comme ça je rentre à la maison, ni vue ni connu ! 
Comme tu peux l’imaginer, je me lave à un endroit tellement difficile d’accés que je ne risque pas d’y rencontrer personne
Donc la fois là, je pense que j’avais un peu trop attendu, j’avais vraiment très très envie. 
Alors je me suis dirigé vers un coin très isolé que j’aime bien ou j’ai déjà fait des cacas u slip à l’abrit des regards des gens qui pourraient passer , mais cette fois là, rien a faire, c’était trop violent, je ne pouvais pas y arriver c’était trop loin. . Je n’aime pas me promener sur les chemins après avoir fait caca dans ma culotte, j’ai toujours peur de rencontrer quelqu’un qui me connaîsse et que ça se voit… alors généralement je le fais quand je suis au plus profond de la forêt, et pas très loin du cour d’eau. En hiver c’est différent, tu peux t’amuser à le faire ou tu veux avec des vetements qui couvrent les fesses, mais le problème, c’est qu’il y a que chez toi que tu peut te changer, et la c’est pas systèmatiquement possible.
J’ai fais quelques colos étant enfant, comme je l’ai dis, et je me suis rappelé d’un copain qui m’avait avoué quelques jours après une longue marche, qu’en revenant, il avait tellement envie que pour calmer un peu il avait un petit peu fait dans le fond de son slip, ce à quoi un autre avait dit que lui aussi, ce jour là j’avais été choqué, et …. Comment dire ça… j’éprouvais en même temps, et inconsciemment à cette époque là, le terrible regrés de ne pas l’avoir peut-être fait aussi, surtout que ça ne les avait apparemment pas gêné de marcher dans leur caca et qu’ils s’en vantaient après coup….
Bref ce jour là, contrairement à l’habitude j’ai décidé de revivre cette occasion manquée, d’autant plus que je ne pouvais vraiment plus me retenir, et ça également pour de vrai.
J’étais pas encore arrivé dans la forêt, mais j’estimais que le risque était acceptable et que même si je rencontrais quelqu’un sur le chemin, il ne pourrait rien deviner à travers mon bermuda
Je suis rentré dans un petit chemin, à l’abri des regards, je n’aime pas être vu dans ces moments d’intense intimité. je me disant avec amusement, toi mon pot, quand tu repassera par là dans 3 minutes, t’aura la raie des fesses beaucoup moins propre, et t’en aura déjà un peu dans ton slip… cette pensée m’a excitée.
Je sentais mon cœur battre anormalement
Je me suis un peu caché, j’ai attendu un peu et..malgré mon envie j’ai pas osé, ça me fait toujours ça au début.
j’avais trop envie, dans tous les sens du terme, en plus, après tout, c’était juste un petit peu, allez ! 
et , sans que je m’en rende vraiment compte, j’ai commencé à faire caca dans la culotte, j’ai senti une petite boule chaude prendre du volume dans la raie de mes fesses et commencer à s’écraser dans la culotte, en plus ce jour la j’avais un slip super sérré et vite j’ai arrêté…. j’avais adoré ce petit moment de pur bien être et de relâchement. J’avais toujours monstrueusement envie, encore plus de finir tout de suite, mais soudain, je me suis retenu si je continuer, maintenant j’irais jusqu’au bout, et j’avais peur de rencontrer quelqu’un sur la route, et vue l’envie que l’avais, je ne pourrais rien cacher… j’ai mis une main sur mes fesses, on ne pouvait pas voir ouf ! 
j’’ai marché, comme si de rien n’était, j’avais toujours très envie, mais maintenant c’était un peu supportable. J’ai même rencontré des gens, heureusement je ne connaissais personne, et puis même, on ne pouvait pas deviner ce que j’avais dans la culotte et qui me faisait tout drôle en marchant. C’était marrant, j’avais l’impression d’étaler un peu plus ce que j’avais dans mon slip à chaque pas, j’avais l’impression ça glissait dans le fond de ma culotte, j’imaginais ce qu’avait ressenti les copains dont je te parlais tout à l’heure, et ça me faisait tout drôle. Le slip collait légérement c’était pas désagréable, j’aurais du le faire aussi à cette époque je me suis dit sur le coup.
et puis je suis enfin arrivé dans la forêt, ça tombait bien, j’avais à nouveau terriblement envie de finir ce que j’avais à peine un peu commencé. Là, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer. E t là, ce petit caca à la culotte de tout à l’heure, qui n’avait fait que de m’exciter encore plus, m’avait mis dans un état pas possible
je ne rêvais plus que d’un chose, c’était de m’en mettre partout, il fallait que je sente ma culotte remplie, pleine à déborder
je me suis enfoncé de quelques centaines de mettre dans la forêt, me suis enfoncé dans un buisson, et j’ai marché encore un peu jusqu’à une petite clairière totalement inaxéssible. Je savais ou était le petit cour d’eau par rapport à moi.
fou d’énervement, (je le fais pas souvent alors quand je peux …)
totalement à l’écoute du plaisir que je m’apprêter à me donner, dans le bruit des feuilles agitées par le vent et de la nature, les jambes légèrement écartées, d’un coup, j’ai tout a fait arrêté de me retenir, et je suis resté à l’écoute des sensations de bonheur animal que j’allais me donner
Se soulager normalement aux wc, à un moment ou la pression se fait très très forte, c’est bon, le faire dans les mêmes conditions dans la culotte sa la hantise d’en avoir honte, c’est puissance 10 !
immédiatement, j’ai repris le plaisir là ou je l’avais laissé, tout de suite je me suis sentit formidablement bien par le soulagement de l’effort de me retenir que je ne faisait plus, ce qui me donnait l’impression d’être soudain légé.
cette onde de bien être intérieure rapide, à tout de suite été suivie par une masse douce tiéde qui m’a donné l’impression d’une caresse en prenant du volume dans mon slip, je faisais caca dans la culotte sans effort…j’étais bien… au moment ou mon envie s’est arrêtée d’elle-même, je sentais bien que j’en avais déjà plein la culotte, jusque là je m’étais efforcé de me laisser aller, et puis d’énervement j’ai poussé…. Et J’ai tout fait
J’ai senti le slip se gonfler d’un coup énormément et la douce masse tiéde comprimée entre mes fesses te la culotte se faufiler dans le slip et s’étaler devant et derrière. J’avais fini….
L’odeur âcre caractéristique du caca culotte flottait autour de moi, j’avais fais, la main que je promenais sur le fond de mes fesses ne laissait pas de doute… je pouvais être comblé, si mon désir était de faire débordé le slip, j’avais gagné, je sentais que j’en avais partout, et là plus question de cacher quoique ce soit, autant par l’odeur que la bosse que je j’avais aux fesses et que je palpais pour me rendre compte…. cette constatation rapide me fit sourire, pensant à tout ce qui venait de m’arrivait, en quelques aller et retour carrément à travers le bermuda l’autre main qui palpait la lourde masse qui débordait probablement du slip et me collait aux fesses, je suis tombé à genoux en éjaculant et en pleurant presque de plaisir. C’était la première fois que c’était si fort 
Ce trop court instant passé, hélas, comme d’habitude, je me suis senti nul, con, absurde, honteux et déprimé d’avoir fait ce que j’avais fait, mais incapable de me promettre de plus jamais le faire
Après cheminement caché jusqu’au petit cour d’eau en me déshabillant caché comme tu l’imagine en tout sûreté. 
Je ne m’étais pas trompé, de me voir comme ça, je me suis encore .…
J’ai laissé sur place la culotte, dans l’état ou elle était ! et je suis reparti nu dans mon autre bermuda propre, vidé et fatigué
En rentrant, j’ai repris une douche de « sécurité » et je me suis effondré sur mon lit ou j’ai dormi… 
Voila une de mes meilleures fois, c’était il y a quelques temps, l’été dernier. Je l’ai pas souvent refait depuis. 

Related Articles

Responses

  1. Tu m’a fait bander l’Ami , un peu triste pour l’abandon du pauvre slip .
    Fais nous des photos la prochaine fois !

People Who Like Thisx

Loading...