BIDASSES EN FOLIE

C’était déjà l’été mais pas encore les vacances et j’étais coincé en ville pour une soirée anniversaire chez un collègue alors que je n’avais qu’une envie : me lever un petit mec de préférence odorant pour un bon plan à la cool. Je me suis tout de même connecté histoire de trouver un mec pour ma fin de soirée car je ne comptais pas jouer trop longtemps le gay de service dans cette soirée hétéro bon teint. La soirée ne s’annonçait pas top et au bout d’une heure sans rien trouver de concret sur mes rézos préférés, je décidais d’aller à l’anniv de mon pote.

Il y avait la petite bande de collègues et de potes habituelle et l’ambiance commençait à être bien chaude quand je suis arrivé vers 21h30. Bien sûr, je me suis fait chambrer sur ma tenue parce que je n’avais fait aucun effort pour me saper. J’étais resté en baggy et skates pourraves, espérant aller draguer après la fête.

Au bout de mon cinquième verre, je commençais à m’emmerder grave, à passer d’un groupe à l’autre et je me creusais la tête pour trouver un prétexte bidon pour m’éclipser quand un jeune mec bien bandant fit son entrée. J’abandonnais aussitôt mes projets de départ et essayais d’en savoir plus sur le nouveau.

J’étais à interroger discrètement la meuf de mon pote sur lui quand il s’est approché de nous pour embrasser Marie qui m’a donc présenté Thibault, le cousin de mon collègue. Je lui serre la main et d’entrée, il me balance en souriant :
— C’est toi le collègue pd de Cyril ? Il paraît que t’es plutôt un marrant.

Marie lui file un grand coup de coude en le traitant de gros naze mais je lui dis que ce n’est pas très grave.

Visiblement, il est déjà bien allumé le petit cousin, Cyril m’avait parlé de lui une fois en des termes pas très cool, gentil garçon mais plutôt bourrin, d’ailleurs il venait de s’engager dans l’armée.

Là dessus, il se casse vexé en disant que c’était juste pour chambrer et file dans la cuisine se chercher un verre.

Je le regardai traverser le groupe des danseurs et je dois dire que son petit cul moulé dans son jogging blanc me fait le trouver très intéressant. 25 ans, pas très grand mais bien balancé, blond ras, le muscle rond et la peau blanche avec tâches de rousseur. Tout ce que j’aime.

Je le guettais toute la soirée draguer sans complexes toutes les filles canons mais ça n’avait pas l’air de marcher des masses. Tant mieux.

Vers minuit, j’étais à siroter un dernier verre dans la cuisine quand il s’est pointé refaire le plein de Jack Daniels. Nous étions seuls. Un peu gêné, il s’excuse pour son mot de tout à l’heure et remplit mon verre vide. On commençait à bien discuter quand on s’est aperçu que les gens partaient petit à petit. On décide de se casser nous aussi et en sortant de l’immeuble, il me propose un dernier verre chez lui. Il habite à 15 minutes à pied. On traverse les jardins de la mairie quand il s’arrête pour pisser dans un bosquet. Bien sûr, j’ai prétexté une grosse envie pour faire comme lui et voir ce qu’il avait dans le jogging. Comme je sors ma teub, il tourne la tête et me mate avec un sourire vicieux de petit lascard. Bientôt, il se rapproche de moi la bite toujours à la main, se plante devant moi, m’arrose le baggy de sa pisse odorante et me sort direct :
— Je suis sûr que t’aimes ça, petit salaud !
Le temps de répondre, j’avais le futal trempé et la queue raide. Forcément, je me suis vite retrouvé à genoux devant son jet puissant qui me remplissait la bouche de sa bonne pisse chaude. Il continuait à bien m’arroser tout en me motivant aux insultes quand son tel sonna. Il décrocha en me disant de continuer à bien le pomper. C’était un pote en perm comme lui. Soudain, je l’entends demander à son pote s’il n’avait pas envie de se vider dans une bonne lope car il en avait justement une accrochée à sa teub qui lui avalait la pisse en direct. Il raccroche, m’enlève son jouet odorant de la bouche, me relève et me dit qu’on va continuer chez lui avec un de ses potes, ce sera plus cool… En plus, le mec est super bien monté et il adore les bonnes têteuses comme moi. Je le suis de plus en plus excité et pour me faire patienter, il m’autorise à lui tâter la teub à travers le jogging jusqu’à chez lui.

Dès que nous sommes dans l’appart, il m’ordonne de me foutre à poil et de lui décrasser la teub en attendant son pote. Sa queue dégageait grave, il avait un long prépuce et en le décalotant petit à petit, j’ai trouvé des trésors de from bien crémeux. J’y passais des petits coups de langue délicats histoire de profiter à fond. Il gémissait de bonheur entre deux volées d’insultes bien graves dès je foutais ma langue sous son prépuce gluant de mouille.

Quand son pote a sonné, il m’a demandé d’aller lui ouvrir et de me foutre à genoux pour bien lui servir de chiennasse dès son arrivée. Et franchement quand j’ai vu la bombasse, je n’ai eu aucun problème à me soumettre. Le mec était super barak, plus grand que moi qui fait déjà 1,85m et avec une super bonne tête de militaire.

— Alors c’est toi la bonne lope ? T’est plutôt pas mal pour tes 38 ans. Tu vas voir, ça va être cool..
Et pour marquer son territoire, il me balance un mollard sur la gueule, me relève en m’attrapant par la nuque et me roule une super bonne pelle baveuse. Il m’entraîne ensuite vers le salon où Thibault nous attend à poil, assis sur le canap, jambes écartées, une bière à la bouche. Le nouveau se fout à poil direct avant de s’installer sur le canap. Thibault avait raison, Ivan a une teub de ouf : elle dépasse grave des coussins. Je m’approche espérant le têter quand il m’arrête en me disant qu’il veut d’abord se descendre quelques binouzes pour bien m’arroser ensuite. Pour me faire patienter, il me donne ses chaussettes et ses skets à sniffer et tous les deux m’encouragent à bien me gazer et à bien lécher. Comme je lui ai bien décrassé les pompes, Ivan veut me récompenser et me demande si j’ai envie de lui nettoyer le fion. J’ai déjà la langue sur son trou humide et imberbe quand il me lâche un pet odorant dans les narines. Ca me fout en transe total et je me déchaîne sur sa rondelle pendant que Thibault se relève pour me pisser dessus. Bientôt, je laisse le trou mouillé d’Ivan pour me brancher sur le jet de Thibault et j’avale entièrement sa deuxième tournée.

J’ai à peine fini de vidanger le petit lascard que son pote me présente sa grosse queue gonflée à bloc mais là, il me laisse juste la sentir puis il m’entraîne dans la salle de bain, me cale dans la baignoire le cul bien cambré et demande à Thibault de me la mettre profond pendant qu’il lubrifiera mon trou à la pisse. Thibault y va comme un petit bourrin pendant qu’Ivan commence à pisser doucement. Bientôt sa pisse chaude coule dans ma raie et entre dans mon cul au rythme des coups de boutoir de son pote. La pièce est saturée de l’odeur enivrante de pisse et ma bite me fait mal tellement je bande. Thibault se déchaîne sur ma rondelle, ses couilles joufflues me battent le cul et je sens qu’il ne va pas tarder à décharger son bon yop dans mon cul.
Ivan l’encourage à gros jets de pisse et bientôt le blondinet m’inonde le trou de sa jute en gueulant comme un âne. J’ai l’oeillet encore gluant et je sens déjà la pisse d’Ivan m’inonder le boyau. Et pendant que sa queue molle me flatte la raie, Thibault me présente son derche à nettoyer. La queue d’Ivan grossit bientôt et vient élargir mon trou encore poisseux de la jute de son pote, il me baise en véritable pro, me calant toute la longueur de son gros boudin dans le fion.
Le cul de mon petit militaire est un vrai délice, chaud et odorant, j’y colle le pif et la langue avec rage pour le faire gémir, il remue ses fesses, les écarte avec les mains et se sert de ma langue comme d’un gode. Mais ça ne lui suffit pas et bientôt j’y fous deux doigts que sa rondelle avale sans problème. Il a envie de se faire mettre grave et bientôt Ivan me laisse le trou béant pour aller calmer la chatte de son pote. Il l’encule debout. Thibault est tellement excité qu’il rebande direct et j’en profite pour lui gober la queue encore gluante de jute.

Soudain, Ivan m’attrape les cheveux et me fout la tronche sur la chatte qu’il pilonne pour que je la lubrifie à la langue, il m’encourage en me traitant de petite lope baveuse. Puis il veut que je lui gobe les couilles mais bientôt il décule : la chatte de Thibault est super ouverte et baveuse de mouille. Ivan m’oblige à la nettoyer pendant qu’il commence à se branler sur le cul blanc de son pote, il dirige son gros bout sur la raie moite et quand il lache son jus, je tends la langue et lèche les grosses giclées qui tombent dans la chatte de Thibault.

Pour me finir, Thibault se retourne pour que je le pompe à fond pendant qu’Ivan me barbouille la gueule de son gros zob baveux. Je prends la décharge du petit lascard en fond de gorge et j’avale tout. Pour me remercier de l’avoir si bien épongé, Ivan me branle pendant que je finis de nettoyer la teub de son pote et c’est avec une bonne queue mi-molle dans la bouche que je décharge sur le carrelage poisseux de pisse.

Je suis resté un moment encore avant de reprendre une dernière bière et de rentrer en leur promettant de revenir les vidanger lors de leur prochaine perm.

Related Articles

Responses

People Who Like Thisx

Loading...